Les institutrices

Je me permets de voler trois minutes de votre temps pour vous parler de vos institutrices. Point de philosophie ni de leçons de vie dans ce texte, juste une envie de vous parler d’elles… Vous souvenez-vous de ces incroyables personnes qui vous ont élevé à mi-temps?

InstitutriceForcément, mes souvenirs à leur sujet sont bien plus frais dans ma mémoire que les vôtres. Un tableau humide, l’odeur de l’éponge, le bruit de la craie, des crayons de couleur par milliers, je vous invite à vous en souvenir l’espace d’un instant. J’entends souvent dire autour de moi: “Une maman, on en a qu’une et c’est pour la vie”. Nos institutrices n’ont malheureusement pas droit à ce genre d’expressions et je trouve cela très dommage. Techniquement, il est vrai qu’on en a plus qu’une dans notre enfance. Il est vrai aussi que c’est pour un an et non pour la vie. Mais avez-vous déjà réfléchi à l’impact qu’elles ont sur nos avenirs? De véritables relais maternels durant nos heures de bureaux, elles nous apprennent un tas de valeurs. Louis deviendra un grand astronaute, grâce à sa curiosité du monde qui nous entoure. Thomas deviendra un grand médecin, grâce à l’attention qu’il porte aux autres. Joséphine continuera à dessiner et à écrire, grâce à sa maîtrise de la plume et du crayon. Où pensez-vous que toutes ces valeurs ont pris racine?

Un peu de mathématiques, vous connaissez papa, vous permettront de comprendre la proportion de temps que j’ai passé auprès de mes institutrices. J’ai finalement partagé la majorité de mes journées durant ma courte vie avec ces personnes incroyables, maman et les infirmières. Sans elles, je n’aurais connu Thomas, Louis, Joséphine et les autres. Jamais je n’aurais connu la beauté d’un tableau fraîchement lavé, l’odeur d’une éponge, le bruit de la craie ou des crayons de couleur par milliers. Sans elles, je n’aurais appris à dessiner correctement. Sans elles, je n’aurais appris à me concentrer sans faire de bruit. Sans elles, je n’aurais tout simplement rien connu d’autre que la maison et l’hôpital.

Elles ne demandent rien en retour, se contentent d’avancer, d’année en année, de classe en classe. Elles continuent inlassablement d’effacer le tableau et de recommencer. De grandes dames au grand cœur d’enfant, je ne sais comment les remercier autrement que par l’écrit.

MatteO

4 commentaires

  • bara

    10/22/2013, 14:26

    MatteO,
    Tu as bien raison petit coeur de remercier les personnes qui ont étè proche de toi et qui seront toujours là,c’ets très gentil de remercier les infirmières et surtout ta maman car une seule t’à mit au monde et c’est elle que tu dois en premier remercier car sans elle toutes ces mamans ne te connaitrais pas,bisous petit coeur et merci aussi aux papas.

  • Sandra

    10/22/2013, 17:22

    oh, MatteO, merci aussi à toi d’être entré dans ma vie d’enseignante. Tu nous a apporté tant de choses………..Le courage, la ténacité, et plus encore……ton petit bruit de concentration me manque et je m’en souviendrai à jamais car c’était unique…..comme toi d’ailleurs! Bisous MatteO

  • Cath

    10/22/2013, 20:48

    Je suis sans mot … Et les larmes coulent … Merci pour ces quelques lignes… Elles font tellement de bien!! Elles “bouleversent”.
    Merci à toi matteO , Elena, Nicolas, Virginie car vous m’avez apporté tellement de choses dans ma vie…
    On fait du mieux que l’on peut pour accomplir le rôle que nous jouons dans votre vie d’ enfant. Et ce n’est pas toujours évident… Mais c’est avec tout notre cœur que nous le réalisont !!

  • nonna

    10/24/2013, 12:28

    C’est bien vrai qu’elles sont formidables ! Et les classes vertes… quel bonheur pour toi !! tu es revenu avec la tête pleine de moments magiques …pour cela et pour tout le reste : un ENORME merci à elles… je t’aime

Nouveau commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiee. Les champs obligatoires sont marque d'une *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>